Tous les événements
  • Ciné débat
  • Rencontre

Tilo Koto

Du au

Jeudi 16 juin à 20h30
Projection du film en présence de la co-réalisatrice Valérie Malek

SOPHIE BACHELIER, cinéaste et photographe, s’intéresse  aux  destins  singuliers bouleversés par l’histoire collective. Son travail sur la mémoire, l’errance, l’exil, privilégie la  parole  directe des  personnes  rencontrées.  Son  film  Mbëkk Mi,  le  souffle  de  l’océan,  ou  l’émigration  clandestine  au  Sénégal  vue  par  les  épouses  ou  mères  qui  restent  au  pays,  a  obtenu  la  mention  spéciale  du  meilleur  long-métrage  documentaire  du  Jury  Anna  Politovskaïa  au  30e  festival  de  films  de  Femmes  de  Créteil,  en  2013.  Choucha,  une  insondable  indifférence, tourné au camp de réfugiés Choucha, en Tunisie, a reçu le prix du meilleur documentaire  du  festival  Vues  d’Afrique  à  Montréal,  en  2016. Son  travail sur  la  migration  a  été  exposé  au  Pavillon  tunisien de la Biennale de Venise en 2017 et au  Pavillon  de  l’Exil,  à  l’institut  français  de  Saint-Louis-du-Sénégal,  en  2018.

 

 

 

 

 

 

 

VALERIE MALEK, auteure-réalisatrice, vit dans le Finistère. Ses films et vidéos d’art s’attachent au récit, au portrait, au souvenir réactivé par des rituels comme les déjeuners des Vendredis avec sa grand-mère originaire d’Algérie. A travers l’histoire et la vie de territoires souvent en marge, elle questionne la perception de l’art en milieu rural (Une Œuvre dans mon salon), les habitats (Ma Cabane au paradis, Itinéraire à l’Iroise). Durant près de quinze ans, elle séjourne au Moyen-Orient et anime des ateliers de création. Ses films Corps et Voiles, Un Autre monde dans tes yeux interrogent les points de vue occidentaux sur la société musulmane et les camps de réfugiés palestiniens, affirmant la nécessité de l’utopie pour sortir des impasses politiques et transmuer un passé empreint de douleur en une force.

Au programme

Tilo Koto

Documentaire

Pour le Casamançais YANCOUBA BADJI, le rêve de l’Europe s’arrête brutalement dans le Sud tunisien, après avoir tenté de traverser la Méditerranée depuis les côtes libyennes. Un an et demi sur les routes clandestines où il a failli maintes fois perdre la vie. TILO KOTO, c’est l’histoire d’un homme brûlé dans sa chair et son âme par la traversée d’un enfer qu’il sublimera par la peinture.

En savoir +